Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post

Bobby Kotick, le CEO d’Activision Blizzard, bientôt sur le départ ?

Alors qu'il semblerait qu'il était au courant de différentes affaires depuis quelques années, Bobby Kotick, le CEO d'Activision Blizzard, pourrait désormais être sur le départ.

ATVI-blizzard-activision-bobby-kotick-depart-affaire-ceo-salaire-vignette

Alors que l’affaire opposant Activision Blizzard et l’Etat de Californie continue de créer des tensions au sein du groupe, une enquête du Wall Street Journal pourrait bien pousser Bobby Kotick, CEO du groupe, vers le départ. En effet, le journal a mis en lumière au cours d’une longue enquête, que le CEO de l’entreprise aurait été mis au courant dès 2018, de pratiques déplacées, ainsi que d’un cas de viol d’une salariée. Si cette information se révèle être exacte, le dirigeant d’ATVI devra sûrement rendre des comptes sur le plan judiciaire, ce qui pourrait également entrainer son départ de l’entreprise.

Mise à jour : Mardi 16 novembre à 20h. Les employés d’Activision Blizzard débutent une manifestation suite à la publication de l’article du Wall Street Journal. Ils réclament le départ du CEO Bobby Kotick (source en anglais). Une heure après, Bobby Kotick a répondu à l’article du WSJ via un message vidéo.

Bobby Kotick dans l’oeil du cyclone

Pour rappel, le groupe Activision Blizzard se trouve dans une position délicate depuis le début de l’été, car l’Etat de Californie va poursuivre l’entreprise suite à une enquête diligentée sur le comportement des employés et le traitement réservé au personnel féminin. En effet, une longue enquête (source en anglais) de deux ans a révélé des irrégularités dans le traitement et le paiement des femmes salariées, d’autant que de nombreux collaborateurs auraient engagé des comportements discriminatoires envers leurs collègues, avec notamment des plaintes de viol déposées depuis.

Dans ce cadre là, le groupe avait engagé un processus d’éviction des membres ayant été accusés de ces manquements graves à l’éthique mais également, de tous les responsables ayant fermé les yeux sur des plaintes des salariés. Le leadership du groupe a donc beaucoup évolué en quelques mois, notamment du côté de Blizzard. Visiblement, l’un des seuls épargnés n’était autre que le CEO, Bobby Kotick.

Ce dernier a essayé de redorer le blason du groupe à travers la mise en place d’un processus long et douloureux visant à changer les mentalités dans l’entreprise mais également, de recruter plus de femmes dans les années à venir. Ainsi, ATVI cherche notamment à augmenter de 50% son nombre de femmes au sein de l’entreprise dans la décennie à venir.

Pour autant, il semblerait que le CEO du groupe ne soit pas « tout blanc » dans cette affaire. D’après une enquête du Wall Street Journal, le dirigeant aurait reçu en 2018 un email d’un avocat représentant une salariée, évoquant des cas de viols dans l’entreprise. Cette personne, était employée à l’époque chez Sledgehammer Games (une division d’Activision, travaillant notamment sur la franchise Call of Duty), accuse un de ses supérieurs de l’avoir violée à plusieurs reprises en 2016 et 2017, après avoir été poussée à consommer de l’alcool dans les locaux de l’entreprise.

Si cette information devait se confirmer, Bobby Kotick aura à répondre de ses actes puisque là encore, un responsable du groupe (et pour le coup, le CEO) n’aurait pas agi pour non seulement sanctionner le responsable en question, mais également briser les mauvaises pratiques au sein du groupe.


Bobby Kotick sur le départ ?

Cette situation est très compliquée pour tout CEO, puisque le fait même de rester au sein d’un groupe vivant une telle affaire, pourrait déjà être interprété comme une façon de minimiser les choses. Si dans les faits, Bobby Kotick et son équipe ont tenté de se rattraper suite à une très mauvaise communication au début de l’affaire opposant le groupe à l’Etat de Californie, le CEO a depuis quelques années, une réputation plutôt difficile à porter.

Ainsi, il faut dire que la rémunération assez faramineuse du dirigeant d’Activision Blizzard avait déjà attiré les foudres d’une partie de l’opinion, avec notamment un bonus de 155 millions de dollars (source en anglais) versé en juin 2021.

Pour autant, cette somme (et les précédentes) s’expliquent en grande partie par la succès story qu’a été Activision depuis le début des années 2000. Ainsi, la capitalisation boursière de l’entreprise a explosé sous le leadership de Kotick, en faisant l’un des CEO les plus en vue de l’univers de la technologie et du jeu vidéo.

Néanmoins, cette nouvelle information risque d’être la goutte de trop pour les actionnaires comme pour l’opinion publique, qui pourrait pousser Bobby Kotick vers le départ dès les jours à venir. Ainsi, un nouveau CEO pour le groupe pourrait être un symbole positif supplémentaire pour marquer un nouveau départ au sein d’Activision Blizzard, qui ne cesse de subir les contrecoups d’une histoire que l’on aimerait ne plus revivre dans l’univers du jeu vidéo.

gamosaurus-scroll-to-top-button