Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post

Activision Blizzard poursuivi par l’Etat de Californie

L'Etat de Californie attaque Activision Blizzard pour des manquements à l'éthique, avec notamment des cas d'harcèlements dans le groupe.

atvi-activision-blizzard-californie-harcelement-femme-enquete-proces-vignette

Si dans les chiffres, l’année 2020 s’est plutôt bien passée pour Activision Blizzard, l’ambiance au sein du groupe semble plutôt délicate d’autant que l’Etat de Californie va poursuivre l’entreprise suite à une enquête sur le comportement des employés et le traitement des femmes. En effet, une longue enquête de deux ans a révélé des irrégularités dans le traitement et le paiement des femmes employées , d’autant que de nombreux collaborateurs auraient engagé des comportements discriminatoires envers leurs collègues. Ainsi, le groupe est à rajouter à la longue liste des studios de jeu vidéo connaissant les mêmes dérives, après notamment Riot Games et Ubisoft.

Mise à jour : Le mercredi 28 juillet, une partie des employés du groupe a annoncé qu’il réalisera un pied de grève devant le campus Blizzard afin de protester contre la réponse assez négative des dirigeants d’Activision Blizzard. En effet, suite aux différentes lettres des responsables du groupe, une bonne partie des employés a signé une pétition afin de soutenir la décision de l’Etat de Californie de poursuivre Activision Blizzard en justice suite à une enquête mettant en lumière un manque cruel de leadership et d’éthique face à une atmosphère hostile envers les femmes au sein du groupe.

Cette situation ressemble fortement à la situation vécue par les employés de Riot Games il y a quelques années, les travailleurs du groupe avaient également tenu plusieurs manifestations devant le campus de l’entreprise.

Mise à jour : Le lundi 26 juillet, on apprend que suite à cette publication, les responsables du groupe Activision Blizzard ont successivement répondu via des emails en interne, évoquant à la fois une volonté d’améliorer la situation au sein du groupe mais remettant en doute certains éléments de l’enquête. Cette réponse a provoqué la colère d’anciens et actuels membres de l’entreprise, qui soutiennent via une pétition, l’enquête et la plainte réalisées par l’Etat de Californie, comme le confirme Bloomberg (source en anglais). D’après cette source, près d’un millier d’employés du groupe auraient signé la pétition.

Activision Blizzard dans le collimateur de la justice californienne

La cour supérieure de Californie a donc présenté le résultat de son enquête (source en anglais) dévoilant de nombreux manquements à l’éthique tant dans les studios d’Activision que ceux de Blizzard en Californie. Parmi les éléments les plus importants, on notera que la majorité des femmes employées dans le groupe perçoit une rémunération inférieure à celle des hommes, qu’une culture d’entreprise façon « fraternité » (d’après les mots des enquêteurs) avait lieu depuis quelques années, provoquant de nombreux cas d’harcèlements moral et sexuels auprès d’une partie des employées. On notera que si des employées ont décidé de quitter l’entreprise ou de saisir la justice, une femme s’est suicidée suite au harcèlement régulier de son manager.

A noter que cet enquête est revenue sur des faits datant parfois de plusieurs années et comporte des éléments parfois spécifiques à Activision et parfois à Blizzard, dans les deux cas dans les studios basés en Californie uniquement.

L’univers du jeu vidéo encore dans la tourmente

Si cette enquête est édifiante, elle est hélas devenue commune au sein des grands studios du jeu vidéo puisque Riot Games et Ubisoft ont également été épinglés pour des faits similaires. Dans le cas de Riot Games, le studio californien avait du s’acquitter de plusieurs millions de dollars de dédommagement suite à une affaire similaire d’harcèlements sexuel et moral auprès des employés femmes de l’entreprise.

Dès lors, est-ce l’univers du jeu vidéo qui est responsable de tels agissements ? Absolument pas, puisque de telles affaires ont éclaté dans presque tous les secteurs depuis quelques années. Si le jeu vidéo est assez unique dans sa structure homme/femme (le studio WoW de Blizzard compte environ 20% de femme parmi ses employés), renforçant peut-être les stéréotypes et facilitant les comportements déplacés, ce n’est absolument pas un phénomène exclusif au genre. De plus, les périodes de stress sont particulièrement fréquentes dans cet univers, avec notamment des timings spécifiques à respecter, créant souvent des atmosphères très particulières au sein des différents groupes. Toutefois, cela n’excuse en rien les comportements absolument illégaux et abjectes listés dans les différentes enquêtes de ces dernières années et un changement drastique doit être mis en place.

La bonne nouvelle, c’est que ces studios sont très exposés sur les réseaux sociaux et dans les médias, poussant les responsables à rapidement trouver des solutions à ces problèmes. Ainsi, la majorité des studios a déjà annoncé et pris des mesures afin de mettre fin à ces comportements. Il reste désormais à voir si ces mesures seront efficaces sur le long terme, rendant ces lieux de travail plus sein pour l’ensemble des collaborateurs.

gamosaurus-scroll-to-top-button