Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
post

Test de Rogue Legacy 2, le même en mieux

Un tout nouvel héritage commence dans une contrée lointaine, menant toute une généalogie à s’opposer au mal.

vignette-rogue-legacy-2-test-roguelike-metroidvania-genealogique-roguelite-cellar-door-games-pc

2 ans après le lancement de l’Early Access, Cellar Door Games vient enfin de lancer la version 1.0 de son nouveau titre. L’occasion idéale de faire un test de Rogue Legacy 2, une suite aux ambitions dantesques. Il n’est pas question de réinventer la roue ici, mais de mener le projet jusqu’à son aboutissement total.

Ce test de Rogue Legacy 2 a été réalisé sur PC avec une version commerciale.

Nous avions pu y jouer dès sa sortie en Early Access, le 18 août 2020. Si le jeu avait déjà quelques atouts indéniables, il manquait cruellement de contenu et d’équilibrage. Cela a donné lieu à un premier contact qui ne laissait pas présager que du bon pour la suite. Au fil des mises à jour, le jeu s’est montré sous un jour nouveau, pour devenir une nouvelle pépite.

Plus de traits, plus de sorts, plus de classes, bref, plus de tout vous attendent dans les donjons de cet héritage. Mais Cellar Door Games ne s’est pas contenté de pousser les compteurs au maximum. C’est un tout nouveau jeu qui est présenté, réalisé avec plus d’ambitions et de moyens, rendant l’expérience inédite à chaque nouvelle partie.

Une descendance digne de ses ancêtres

Rogue Legacy 2 est un metroidvania roguelite généalogique, tout comme son prédécesseur. Derrière ces termes barbares se cache une grande richesse de gameplay permettant de replonger infiniment dans les dédales de ces terres. Ici, on incarne un chevalier parti à l’assaut d’un château maléfique. Lorsque ce dernier meurt, le joueur est renvoyé dans les terres natales du héros, avec l’argent et les ressources collectées lors de l’exploration. Mais ce sont ses enfants qui utilisent ces biens à leur avantage pour continuer la quête de leur parent.

manoir-familial-developpement-rogue-legacy-2
Le château familial se développe à chaque amélioration

Il faut ainsi utiliser ces matériaux pour construire une demeure familiale, permettant de débloquer de nouvelles classes, compétences et améliorations. Grâce à cela, chaque génération se renforce, facilitant la progression au cœur des terres envahies. Toutefois, si les ressources amassées sont conservées, ce n’est pas le cas de parties explorées. A chaque nouvelle partie, la disposition des lieux est différente.

La génération procédurale des environnements offre une grande rejouabilité au titre. Il reste possible de limiter ce facteur aléatoire en bloquant le squelette du Royaume en contrepartie d’une partie de l’or trouvé. Mais laisser l’aléatoire décider, c’est s’offrir le plaisir d’une redécouverte complète avec les différentes options de personnalisation possibles. Les classes, runes, équipements et âmes permettent de renouveler l’expérience en permanence, sans jamais vivre la même partie.

Et ça continue, encore et encore

Ce sont pas moins de 15 classes qui sont disponibles une fois la demeure suffisamment développée. Chacune bénéficie d’une arme aux capacités uniques, ainsi que d’un talent de classe. Des bonus passifs viennent renforcer leur personnalité, les différenciant grandement les unes des autres. On y retrouve des disciples des arts de la guerre, comme le chevalier, le barbare ou la valkyrie, mais également des mages, pirates, assassins ou même des cuisiniers. Et comme toujours, certaines sont mieux bien loties que d’autres, comme le pirate et son arme particulièrement faible.

choix-classe-personnage-traits-competence
Chaque héros possède des traits aléatoires qui peuvent l’aider ou non

Tous ces gameplay différents se complètent sans se ressembler, rendant l’apprentissage de chaque classe plus valorisant. Mais la personnalisation va encore plus loin, avec les différents équipements disponibles, offrant des bonus selon l’ensemble équipé. Il existe aussi des runes, venant renforcer passivement certains aspects du jeu, en offrant une régénération de vie pour chaque élimination, un apport d’or supplémentaire ou de la mana. Mais ce sont les traits qui vont rendre chaque partie unique, en modifiant aléatoirement les peurs, obsessions, ou lubies du héros en échange d’un gain d’or supplémentaire.

Le jeu peut également compter sur les cicatrices d’Érèbe, des petits défis à compléter, pour collecter des âmes. Ces dernières peuvent ensuite être échangées pour augmenter la capacité d’amélioration maximale de certaines parties du château, trouver des objets de meilleure qualité ou encore augmenter le potentiel de chaque classe. Ce sont des bonus bien utiles, surtout une fois le New Game + atteint.

Grâce à tout cela, partir à l’assaut du mal n’a rien d’ennuyeux et se permet le luxe de ne jamais proposer deux fois la même partie. Qui plus est, quand un héros s’élance dans le donjon, il accumule de l’expérience venant renforcer ses descendants de la même classe. Cette expérience va d’ailleurs s’avérer nécessaire pour affronter tout ce qui rôde dans les différents biomes.

Des environnements, des boss et une porte

Dès le début, l’objectif de Rogue Legacy 2 est clair : déverrouiller la porte présente dans la première salle du château. Cette dernière est bloquée par des racines, elles-mêmes reliées à 6 portraits vierges. Ils désignent les boss à éliminer. Il faut alors explorer les 6 royaumes pour défaire ces ennemis. Cependant, si la progression reste relativement libre, certaines capacités sont nécessaires pour avancer dans le jeu. Il n’est par exemple pas possible de traverser le pont brisé sans avoir la ruée et le rebond améliorés, ou d’accéder à la bibliothèque sans les ailes d’éther. Il faut compléter des niveaux secrets pour en apprendre les mécaniques.

porte-boss-final-citadelle-agartha-rogue-legacy-2
La porte finale menant tout droit vers le mal

Le chemin se débloque alors progressivement, suivant une courbe de difficulté plutôt bien équilibrée. Chaque niveau comporte un boss majeur à éliminer, et ce jusqu’à pouvoir pénétrer dans l’antre du dernier boss. Toutes les compétences apprises au fil de l’aventure sont réutilisées dans ces combats dantesques. Pas question de se reposer sur ses lauriers lors du combat final, toutes vos connaissances sont mises à l’épreuve. Les sentiers sinueux parcourus jusqu’ici vous permettent d’exploiter tout votre potentiel.

Avec cette suite, Cellar Door Games n’a pas la volonté de redéfinir le genre du metroidvania roguelite. Il n’a même pas la prétention de vouloir s’éloigner de son prédécesseur, et cherche au contraire à affiner la formule. Un pari que le studio réussit en livrant un jeu aux mécaniques simples mais efficaces, offrant une grande liberté au joueur dans son style de jeu. Rogue Legacy 2 n’est pas qu’une bonne suite, c’est un projet de plusieurs années qui a eu le temps de se parfaire.

Le bilan du test

gamosaurus-avis-test

Un roguelite addictif et plaisant, doublé d’un metroidvania exaltant

Alors que leur premier jeu aurait pu rester un indépendant ayant conquis la critique et les joueurs, Cellar Door Game a voulu perfectionner sa vision du roguelite. Rogue Legacy 2 est né de cette volonté, et c’est une franche réussite. Le jeu propose bien plus de biomes, de classes et de mécaniques que son prédécesseur. Mais il ne se contente pas d’offrir plus de choses, car l’essence même du jeu est affinée pour en faire un metroidvania addictif.

Les points forts

  • Des bases fondées et solides
  • 15 classes au style unique
  • Des mécaniques variées bien exploitées
  • Une grande diversité de biomes à explorer
  • Le développement du château apporte un côté stratégique

Les points faibles

  • Un équilibrage mal maîtrisé pour les classes
  • Certains biomes peuvent paraitre trop grands
gamosaurus-scroll-to-top-button