Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
post

Test de One Piece Odyssey, quand le fan service sauve le fond

Toujours à la recherche du plus grand trésor de Gol D. Roger, l’équipage du Sunny vit une nouvelle aventure.

test-one-piece-odyssey-quand-le-fan-service-sauve-le-fond-jrpg-exploration-pc-ps4-ps5-xbox-one-series

Prévu à l’origine pour 2022 à l’occasion des 25 ans de la licence, One Piece Odyssey est finalement disponible depuis le 13 janvier 2023. Souhaitant proposer une aventure unique, Bandai Namco s’est tourné vers le genre du JRPG. Et pour marquer le coup, Eiichirō Oda, l’auteur du manga, a même dessiné tout un bestiaire pour inspirer les développeurs. Un argument qui a de quoi convaincre, mais cela suffit-il à en faire un bon jeu ?

Ce test de One Piece Odyssey a été réalisé sur PC avec une version fournie par l’éditeur.

Un univers déjà bien établi

Ce qui est bien lorsque l’on adapte une licence venue d’un autre média, c’est que l’univers est déjà construit. Il n’y a donc pas grand chose à créer, et les personnages sont déjà bien installés dans l’imaginaire collectif. Avec une licence comme One Piece, ancrée depuis plus de 25 ans dans le monde du manga, les présentations sont inutiles. Pourtant, le jeu ne s’en prive pas, débutant l’aventure avec une introduction explosive qui sert aussi bien à présenter le casting que leurs pouvoirs et leur caractère. En plus d’être utile pour les nouveaux venus, cette courte mise en scène est suffisamment bien travaillée pour ne pas sembler superficielle.

Mieux encore, le scénario est construit autour de cela, justifiant la perte des pouvoirs de l’équipage. Ainsi, il faut se mettre en quête d’une solution pour les récupérer, justifiant le côté JRPG qui permet de récupérer ces compétences petit à petit. Cela permet aussi d’éviter le côté absurde de créatures perdues sur une île déserte plus puissantes que les pirates redoutables voguant dans ce monde. Tout le voyage sur Waford sera alors un long apprentissage et l’occasion de revivre certains souvenirs de l’équipe.

Et c’est malheureusement ici que le jeu voit ses premières faiblesses. Il s’agit d’un produit dérivé fait pour plaire aux fans, n’hésitant pas à titiller la corde sensible avec de nombreuses références et faisant revivre des moments marquants aux joueurs. Seulement, à force de graviter autour de cet aspect, il finit par faire du fan service sans chercher à développer ce qui est proposé autour. Le gameplay en souffre particulièrement, n’étant ni mis en avant, ni suffisamment notable pour se démarquer.

Des bases solides bien présentes mais inexploitées

Il serait injuste de dire que One Piece Odyssey ne propose rien de plus qu’une énième aventure pour Luffy et ses compagnons. Le jeu passe par tous les aspects les plus classiques du JRPG, allant même jusqu’à mettre en avant un certain style de combat. Ces derniers, évidemment au tour par tour, se jouent sur plusieurs lignes de front. Les personnages peuvent bouger de l’une à l’autre pour aller déloger un ennemi ou un autre. Ajoutons à cela un système d’efficacité triangulaire, la Force prenant le pas sur la Vitesse qui est elle-même efficace contre la Technique, laquelle permet de contrer la Force, et le tour est joué. La dimension stratégique est donc assez poussée, permettant de varier les combos pour mettre fin au combat le plus efficacement possible.

one-piece-odyssey-systeme-de-combat-menus-competences-attaque-defense
A l’instar de très nombreux JRPG, les menus envahissent les combats, quitte à gêner parfois la visibilité

Pour le reste, on reste sur du basique, avec des coups normaux permettant de faire monter une barre d’énergie, les PT, utilisables pour les coups spéciaux. Les membres d’équipage peuvent également débloquer des attaques combinées au fil de l’aventure pour infliger des dégâts conséquents. Mais, sortis de ce système de combat classique mais efficace, rien ne brille particulièrement. Chaque affrontement apporte une montagne d’expérience qui fait progresser les héros à très grande vitesse, annihilant au passage toute difficulté. L’équipement est lui aussi présent, mais simplifié à l’extrême pour éviter de perdre trop de temps dans les menus, qui sont de toute façon trop envahissants.

Et, finalement, c’est ce qui se remarque le plus dans le jeu. Tout est basique, simple, sans aucune réelle difficulté ou volonté d’être approfondi. On se promène dans les divers biomes, on ramasse tout ce qui brille pour avoir des consommables, on suit le parcours gentiment dressé par les développeurs pour éviter la multitude de murs invisibles qui nous bloquent et on combat. Si les premières heures ont de quoi réjouir, laissant espérer un gameplay riche, il n’en est rien. Sans aller jusqu’à dire qu’il pourrait s’agir d’un film interactif, le jeu à la fâcheuse tendance à nous prendre la main pour nous forcer à suivre sa direction.

Est-ce finalement un simple produit dérivé pour les fans ?

Autant dire que la progression est laborieuse et que si le tout n’était pas estampillé One Piece, nul doute qu’il serait passé inaperçu. Heureusement, de ce côté là, le tout est maîtrisé, et même inspiré par moment. Les environnements sont divers et variés, passant de paysages atypiques pour la série, à des lieux connus. Le tout baigne dans un torrent de références, quitte à forcer le trait par moment. Le jeu fait au mieux pour essayer de rendre le tout compréhensible pour un nouveau public, mais, après 25 ans, difficile de tout reprendre à zéro. La direction artistique est cependant remarquable, proposant une esthétique nouvelle pour la franchise mais qui fonctionne à merveille dans l’univers d’Oda.

environnement-one-piece-odyssey-direction-artistique
Malgré son aspect un peu particulier au premier abord, la direction artistique est splendide

Seulement, il est dommage, voire frustrant, que le fan service soit aussi insistant. Les personnages ne cessent de faire écho à leurs aventures passées sans les expliquer, en plus d’étaler leur caractère particulier. Pour ceux ne s’étant jamais penché sur l’univers, Sanji risque fort de passer pour un harceleur antipathique. Le traitement de Nami n’est pas spécialement plus convaincant, ses compétences reposant essentiellement sur la mise en avant de son physique. Pourtant, et pour peu que l’on fasse l’effort d’essayer de comprendre ce monde, le tout fonctionne plutôt bien.

Ainsi, même si la démarche est de proposer quelque chose d’accessible au plus grand nombre, on regrette forcément le manque de difficulté et de liberté. Revivre des aventures déjà retranscrites sur papier et en série depuis plus de 25 ans peut être sympathique, mais la simplicité avec laquelle le tout se fait ne donne pas toujours envie d’aller plus loin. Le jeu donne clairement l’impression de n’être qu’un produit dérivé quelconque, alors que le travail fourni sur ses environnements et son bestiaire tend à prouver le contraire.

Le bilan du test de One Piece Odyssey

gamosaurus-avis-test

Un JRPG quelconque, mais profitant de la notoriété de One Piece

Loin d’être mémorable, One Piece Odyssey est un jeu assez lambda dans l’ensemble. Il reste très simpliste, permettant à plus de monde de s’y intéresser sans y consacrer une centaine d’heures, et offre une aventure plutôt intéressante, bien que frustrante par ses nombreuses limitations. C’est un jeu avant tout pensé pour les fans de l’œuvre d’Eiichirō Oda, qui ne se veut pas être un défi à relever. Simplement un moment à passer auprès de l’équipage du Chapeau de Paille.

Les points forts

  • Les combats sont assez stratégiques…
  • De bonnes idées de gameplay…
  • Une direction artistique surprenante et magnifique
  • Les différents décors sont variés et agréables
  • 25 ans après, One Piece a toujours des histoires à raconter

Les points faibles

  • … tant que l’on bride son expérience
  • … qui ne sont jamais exploitées jusqu’au bout
  • Des systèmes de jeu beaucoup trop simplistes
  • L’exploration est frustrante, le joueur n’étant pas libre de ses mouvements
  • Un fan service beaucoup trop présent et qui n’apporte pas grand chose

Comprendre notre système de notation

gamosaurus-scroll-to-top-button