Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
post

Test de Children of Silentown, quand le point and click passe du côté sombre

Dans la peau de la jeune Lucy, percez le mystère qui plane sur le village de Silentown.

vignette-test-children-of-silentown-pc-steam

Prévu initialement pour être un court métrage d’animation, Children of Silentown s’est finalement mué en jeu vidéo d’aventure en point and click. Et le petit nouveau du catalogue de Daedalic Entertainment a de quoi susciter l’intérêt. Entre sa direction artistique qui n’est pas sans rappeler les œuvres de Tim Burton et le mystère qui plane autour de son intrigue, le titre développé par Elf Games et Luna2 Studio nous embarque pour une aventure pleine de zones d’ombre.

Ce test de Children of Silentown a été réalisé sur PC avec une version fournie par l’éditeur.

Il était une fois, un village perdu dans la forêt

Children of Silentown prend place dans un petit village isolé au cœur de la forêt. On y suit la jeune Lucy, une petite fille qui a toujours vécu dans la bourgade de Silentown. Si à première vue, le village est tout ce qu’il y a de plus charmant avec ses couleurs pastels, très vite le ton est donné concernant l’atmosphère pesante qui gagne les ruelles à la tombée de la nuit. Car l’obscurité n’arrive pas seule et s’accompagne de hurlements sinistres en provenance des bois environnants. Les adultes racontent que la forêt est peuplée de monstres terrifiants. Des créatures qui n’attendent qu’une chose. Que la nuit tombe pour partir en quête d’une nouvelle proie.

Une menace qui semble bien réelle, puisque la vie au village est régulièrement ponctuée par la disparition d’habitants, adultes comme enfants. Des événements tragiques qui ne troublent pas pour autant le quotidien des villageois. En effet, personne ne part jamais à la recherche des disparus. Pire, les adultes partent du principe que les disparus ont mérité leur sort, car ils n’ont pas respecté les règles. À savoir, entre autres, être rentrés chez soi avant qu’il ne fasse sombre et ne jamais crier ou même parler trop fort.

children-of-silentown-ruelle-village-maison-lucy
Le calme règne sur Silentown

Un quotidien dont Lucy a l’habitude mais qui va se trouver bouleversé quand une nouvelle disparition va se produire. Frustrée par le manque de communication et l’absence d’action de la part des adultes du village, la jeune fille va se lancer dans la recherche de la vérité. Une quête qui va la pousser à remettre en question des faits établis jusqu’ici. Y a-t-il vraiment des monstres dans les tréfonds de la forêt ? Les disparus sont-ils définitivement perdus ? Des interrogations qui graviteront autour de Lucy tout au long de son aventure.

Des énigmes omniprésentes

Pour avancer dans l’histoire de Children of Silentown, rien de plus simple sur le papier. Le titre reprend pleinement les codes du genre point and click. Ainsi il faudra interagir avec tous les habitants du village pour dénicher les dialogues qui vous donneront les indices pour la suite. Bien sûr, l’environnement a également toute son importance pour résoudre les énigmes. Il sera d’ailleurs souvent nécessaire de faire plusieurs passages dans certains lieux pour trouver de nouveaux éléments utilisables. Malgré la taille plutôt réduite du village, la quantité d’indices à collecter est loin d’être anecdotique. Mais les allées et venues dans les quelques rues de la ville durant les premiers chapitres peuvent donner une impression de longueur. Une sensation qui disparait dès la deuxième moitié du jeu.

D’autant plus que si les premières énigmes sont d’une simplicité enfantine, certaines, un peu plus alambiquées dans le raisonnement à tenir, sauront vous mettre au défi. Et si cette fluctuation de difficulté donne tout son intérêt au gameplay, elle frustrera cependant certains joueurs. Car l’un des défauts majeurs du titre est l’absence totale d’aide pour se débloquer d’une énigme. Si vous butez sur un puzzle ou une tâche à accomplir que vous ne comprenez pas, il faudra vous débrouiller seul, ou éventuellement soudoyer votre entourage pour obtenir de l’aide. Mais rien n’est proposé en jeu pour avoir un indice supplémentaire.

children-of-silentown-puzzle-souvenir-habitant
Un passage obligé par ces puzzles pour poursuivre son aventure

Et pourtant, énigmes et puzzles sont très vite au cœur du gameplay pour pouvoir avancer dans l’histoire. Tout au long de son exploration, Lucy découvrira des notes de musique permettant d’apprendre des chansons. Chaque musique complétée donnera un pouvoir à la jeune fille, allant de découvrir ce qui se cache dans les souvenirs des habitants à révéler des éléments invisibles au premier regard. Mais chaque mélodie est liée à un type de puzzle, qu’il faudra obligatoirement résoudre pour obtenir les réponses à nos questions. Un élément du titre qui peut donc dépiter les joueurs, d’autant que si la difficulté augmente, il n’existe que peu de puzzles différents, rendant la tâche un peu répétitive.

Un conte en demi teinte

Mais la vraie force de Children of Silentown, c’est l’histoire de son village et de ses habitants. Une sorte de conte frissonnant, porté par une esthétique extrêmement léchée qui n’est pas sans rappeler Coraline. Entièrement réalisés à la main, les graphismes du jeu nous font passer par tous les émotions. De l’émerveillement à la peur, sans oublier une pincée de mélancolie. La musique, plutôt douce tout au long du jeu, accompagne parfaitement chacun des tableaux, offrant une très belle toile de fond à l’aventure de Lucy.

children-of-silentown-lucy-dans-sa-chambre-se-questionne-sur-la-foret
Lucy se questionne sur les mystères qui planent sur le village

Au delà de répondre aux questions que la jeune fille se pose, le titre amène à réfléchir sur d’autres points. Ainsi, comme la jeune héroïne, on se retrouve confronté à l’incertitude, à la mélancolie mais aussi et surtout à la peur. Une peur qui restera parfois abstraite, nous laissant un sentiment de malaise. Children of Silentown met en lumière la force de ce sentiment, autant chez les enfants que chez leurs parents. Et montre les décisions, parfois totalement illogiques, que la peur peut engendrer.

Malgré un développement plutôt simple, le récit sonne juste et donne envie d’aller au bout de l’aventure. Dans une communauté où le fossé entre adultes et enfants semble se creuser, le jeu dénonce les ravages de l’isolement face au reste du monde. Après tout, comment conserver une certaine joie de vivre quand la moindre de ses actions est régie pas la crainte de l’extérieur ou de l’autre. Mais les découvertes de Lucy apporteront tout de même quelques notes d’espoir à cette histoire.

On regrettera cependant que le jeu ne soit pas plus long et les énigmes proposées plus diversifiées. Sa durée de vie limitée – comptez environ 6-8h en prenant son temps – ne permet pas de développer suffisamment le récit donnant un sentiment d’inachevé. Un manque de profondeur, qui mène à une fin en demi-teinte qui déçoit quelque peu.

Le bilan du test de Children of Silentown

gamosaurus-avis-test

Une aventure qui ne va pas au bout de ses idées

Children of Silentown est un jeu d’aventure en point and click agréable à jouer malgré un rythme décousu. Les très beaux graphismes entièrement réalisés à la main et le récit savent donner envie d’avoir le fin mot de l’histoire. Dommage que les énigmes et surtout certains puzzles soient un peu trop répétitifs. Quant à l’absence d’aide, elle pourra en frustrer certains.

Les points forts

  • Des énigmes et puzzles intéressants et stimulants…
  • Des graphismes superbes entièrement dessinés à la main
  • Une ambiance qui sait nous captiver
  • Une histoire qui donne envie d’aller au bout

Les points faibles

  • …mais qui peuvent être répétitifs
  • Aucune aide pour passer une énigme qu’on n’arrive pas à résoudre
  • Une fin décevante

Comprendre notre système de notation

gamosaurus-scroll-to-top-button