Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
post

Preview : On s’est pris au jeu du défouloir dans Saints Row

Mais est-ce que le fun tant attendu était là ?

saints-row-preview-avis-pc-consoles

A un peu plus d’un mois de sa sortie, Saints Row semble être prêt et avoir des choses à raconter. Tandis que le jeu passait gold, confirmant sa sortie du 23 août, il organisait même une session presse pour montrer ce qu’il a dans le ventre. Alors on a bravé le pire jour de la canicule pour aller essayer le jeu pendant environ quatre heures sur PC. On vous aime quand même beaucoup.

Dès la manette en main, l’impression laissée par la précédente présentation revient au galop. On est ici en présence d’un titre qui marche sur les traces de Saints Row : The Third. L’idée est clairement de proposer un jeu sans prise de tête, qui ne se prend pas au sérieux, et le répercute dans sa mise en scène. Quitte à enchaîner les situations stupides, histoire de bien rappeler qu’ici on ne fait pas dans les grandes envolées lyriques. Alors, rien ne surprenant à voir dans les premières heures de jeu un personnage sauter sur un jet tel un super héros pour tenter de l’arrêter, une voiture rebondir sur un panneau publicitaire ou une moto qui roule sur un dinosaure.

Pour autant, la leçon semble avoir été retenue par rapport à l’épisode de 2011. Car pour se tenir, une mise en scène qui se base sur le loufoque demande une surenchère constante pour tenir en haleine au fil du titre. Là, on commence plus doucement, et ne veut pas partir trop loin gratuitement. Les situations sont stupides, clairement issues d’un jeu et pas d’une reconstitution de la vie d’un gang. Mais cela laisse de la place pour terminer l’histoire sans devenir un énormissime n’importe quoi.

Gros Truc Abracadabrantesque

Le but est donc clairement de proposer un bac à sable où le joueur est invité à faire n’importe quoi. Sauf que ce n’est pas le tout que de vouloir faire un défouloir géant, et de mettre en avant le fun. Il faut que le gameplay soit au rendez-vous. Et de ce côté, l’impression est assez mitigée. L’ensemble ressemble vraiment à une recette bien connue, utilisée depuis plusieurs années dans de nombreux jeux. Un monde ouvert, une horde d’activités annexes, une avalanche de personnalisation, et du pan pan boum boum à foison. Autant dire que vous avez de grandes chances d’avoir déjà vu ça plus d’une fois dans votre vie.

saints-row-preview-skills-talents-smartphone-crop
4 skills sont équipables pour pimenter son personnage

Il y a bien des finish rigolos, des capacités que vous débloquez au fil de votre progression, ou celles liées à vos armes ou véhicules. Cela fait l’affaire un temps, mais vous en demanderez vite plus pour échapper à un gameplay vu et revu. Vous avancez, tirez sur tout ce qui bouge, faites des courses poursuites déjà vues.

Pourtant, Saints Row arrive à apporter une ou deux bonnes idées, efficaces à défaut d’être révolutionnaires. Comme ce type qui vous demande de l’aider à obtenir sa vengeance et vous propose un monster truck pour aller écraser les membres d’un gang. Malheureusement, cela est caché derrière une quête annexe, et pas mis en avant avec la campagne. Difficile donc de dire que l’avalanche de fun promise sera effectivement là sans avoir le jeu complet entre les mains. Si l’on en croit les premières heures de jeu, cela incombera surtout au joueur d’aller la chercher lui même. Un postulat qui séduira ceux à la recherche d’un titre pour débrancher leur cerveau et passer un peu de bon temps, mais risque d’en refroidir d’autres.

Fluide mais fragile

C’est surtout au niveau technique que Saints Row inquiète à l’heure actuelle. Si l’ensemble tient à peu près la route, il ne faut pas trop y regarder de près. Les animations, pas toujours inspirées, sont souvent à la ramasse. Le monde proposé, assez rempli pour éviter la sensation de vide, n’est pas pour autant très convainquant. Peut-être l’aurait-il été il y a cinq ans.

saints-row-preview-gameplay
Comme un air de déjà-vu

Pire que tout, l’IA que l’on a affronté durant cette preview était désespérément stupide. Si l’on veut bien en mettre un peu sur le dos du niveau de difficulté, certains signes ne trompent pas. Un ennemi à deux mètres de vous qui est plus perdu qu’un enfant sans sa maman dans un supermarché, cela ne fait pas vraiment plaisir. Et n’aide pas à en prendre en le tuant. Le comble étant que ce comportement semblait totalement aléatoire, puisque d’autres ennemis arrivaient très bien à se montrer menaçants – à défaut de l’être réellement. On espère donc que le mois restant avant la sortie du jeu permettra de corriger cela et d’amener un ensemble cohérent.

La preview en résumé

gamosaurus-avis-test

Difficile de vraiment s’extasier sur ce que propose Saints Row. La formule est là, et si elle est efficace, elle est vue et re-vue maintes fois. La promesse d’un titre fun et défouloir semble difficile à atteindre, malgré une mise en scène qui sait se baser sur le stupide sans trop en faire. En l’état, on a affaire à un titre qui pourra plaire à ceux cherchant un bon moment pour débrancher leur cerveau. La faute à une vilaine technique qui limite le jeu dans ses ambitions. A voir si les quelques quêtes annexes intéressantes seront plus nombreuses dans la version finale, et si le scénario parviendra à offrir quelque chose de différent, que ce soit dans sa proposition ou le gameplay.

gamosaurus-scroll-to-top-button