Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post

Notre test de L’atelier du jeu vidéo, la programmation à portée de Switch

Un outil pédagogique aux leçons interactives vous permettant de développer vos jeux vidéo dans le cadre imposé par Nintendo.

test-game-builder-garage-l-atelier-du-jeu-video-vignette-gamosaurus

Annoncé début mai 2021, L’atelier du jeu vidéo (Game Builder Garage en anglais) vous donne la possibilité de créer vos propres jeux vidéo, directement sur votre Nintendo Switch. Des leçons interactives vous expliquent les bases de la programmation avec un apprentissage principalement visuel, vous permettant de laisser libre cours à votre imagination.

Ce test de L’atelier du jeu vidéo a été réalisé sur Nintendo Switch avec une version commerciale.

La pédagogie est au rendez-vous, expliquant le fonctionnement du jeu et donc les bases du développement de jeux vidéo pas à pas. Bien qu’en programmation libre, vous soyez le seul maître de votre création, les différentes possibilités du jeu obéissent toutefois à certaines restrictions.

Une approche pédagogique et ludique du jeu vidéo

Quand vous lancez L’atelier du jeu vidéo pour la première fois, deux choses vous sautent rapidement aux yeux : tout vous est expliqué au fur et à mesure de vos actions, avec beaucoup d’humour ! Ce sont les principaux ingrédients des leçons interactives proposées par Nintendo. Ils vous permettront d’apprendre le fonctionnement logique de la programmation. Le tout de manière visuelle, et accompagné de l’humour incroyable des Nodons. Attention cependant, bien que le jeu soit destiné aux plus jeunes, il faudra passer beaucoup de temps à lire les indications pour pouvoir progresser dans les leçons.

Ces Nodons, ce sont des petits êtres numériques qui représentent tout dans votre jeu. Ils sont les objets, les personnages, les actions, les touches de votre console… mais aussi toutes les lignes de commande de base des différents langages de programmation. Dans ses leçons interactives, le jeu éducatif vous apprend donc à utiliser et combiner ces Nodons pour créer 7 jeux. Conçus par Nintendo pour l’occasion, Platformer 2D et 3D, jeu de course, Space Invaders Like et autre jeu d’énigmes seront vos créations guidées lors de la réalisation des 7 leçons pédagogiques associées (sans compter le tutoriel).

game-builder-garage-l-atelier-du-jeu-video-5
« Quelques » Nodons sont à votre disposition.

Entre chaque leçon, des casse-têtes de plus en plus difficiles vous permettront de mettre en pratique les notions nouvellement acquises. Est-ce que vous avez les capacités pour développer votre propre jeu vidéo ? C’est la question à laquelle vous pourrez peut-être répondre.

Un peu, beaucoup, trop

Bien sur, vous n’êtes jamais seuls. Bob et Alice, les jumeaux maléfiques (ou angéliques, selon votre humeur) vous guident. L’un est le responsable des leçons interactives. L’autre, des tutos indépendants auxquels vous pouvez accéder lorsqu’une notion précédemment apprise ne vous semble pas si claire. Ces petits ronds mobiles et colorés sont certes de grands humoristes pédagogiques, mais ils vous donneront parfois aussi cette sensation de ne rien faire par vous-même, et de vous contenter de suivre ce que Nintendo a pré-établi pour vous. Bien qu’ils ne soient présents que dans les leçons et les différents menus du jeu (et que donc ils vous laissent tranquille en Programmation Libre), leur présence est envahissante et limite énormément vos actions. C’est en tout cas la sensation ressentie lors de notre test de L’atelier du jeu vidéo.

game-builder-garage-l-atelier-du-jeu-video-1
Votre première rencontre avec Bob.

Heureusement, dans la dernière étape de chacune des leçons, vous récupérez un peu de liberté pour peaufiner vos jeux (que vous pourrez également modifier ensuite en programmation libre). Et (attention spoiler) vous pourrez même faire le choix entre 2 types d’évolutions différentes pour le platformer 3D de la dernière leçon ! Ce sera également l’occasion pour vous de découvrir 50 nouveaux casse-têtes de plus en plus difficiles qui vous permettront de comprendre comment sont pensés certains de vos jeux favoris, vous donnant peut-être l’occasion d’essayer ensuite de les reproduire en programmation Libre.

Vous risquez cependant d’arriver à un stade où cet humour à profusion vous donnera surtout envie de quitter bien vite cette progression guidée pour laisser libre cours à votre imagination. Pour un jeu éducatif destiné donc principalement aux grands enfants et aux jeunes adolescents, cette impression d’être enfermé dans un carcan est probablement un peu trop lourde. Ce qui peut être un frein à la volonté d’aller au bout de l’apprentissage.

game-builder-garage-2
Le test de L’atelier du jeu vidéo n’était pas de tout repos…

Liberté totale dans les limites du raisonnable

Aller au bout des leçons interactives vous donnera la sensation d’être extrêmement limité dans vos possibilités. De plus, votre première tentative de créer un « adversaire » contrôlé par l’IA vous permettra de prendre conscience qu’il s’agit plus d’un robot dont toutes les actions sont pensées au préalable par le concepteur. En effet, il semble difficile avec les outils proposés par L’atelier du jeu vidéo de créer une véritable intelligence artificielle capable de s’adapter aux circonstances et aux actions des joueurs. Il faudra donc faire usage du multijoueur local (et uniquement local) tel qu’il est présenté dans la première leçon. Lui seul vous permettra de profiter d’une véritable adversité dans les jeux que vous choisirez de développer.

game-builder-garage-l-atelier-du-jeu-video-4
Mise en abime : le test du jeu vidéo du test de L’atelier du jeu vidéo.

Si vous souhaitez partager vos jeux en ligne pour les faire tester par d’autres joueurs, il vous faudra impérativement votre abonnement au Nintendo Online. Ces échanges de jeux ne se font que via l’usage de codes, une habitude à prendre pour certains.

Outre ces différentes limites dans le jeu à plusieurs, Nintendo fait un choix particulier sur la manière de construire et d’éditer vos niveaux qui pourrait en freiner plus d’un. Très loin d’un Super Mario Maker qui vous propose de placer directement vos plateformes et autres objets de manière visuelle, dans L’atelier du jeu vidéo, tout se passe sur l’écran de programmation. Ainsi, vous ne visualisez jamais en direct vos modifications. Vous devez constamment faire des allers-retours entre les différents écrans.

Des possibilités en demi-teinte…

Bien que vous puissiez créer des textures 2D en pixel art, l’impossibilité d’importer des ressources extérieures (images, sons, etc…) est regrettable. Cela vous limite énormément dans les possibilités d’améliorations de vos différents concepts. Ainsi, cette approche vidéoludique de la programmation vous donnera d’excellentes bases. Mais si l’envie vous prend de développer un jeu vidéo sur Switch, il vous faudra aller chercher du côté d’autres jeux tels que FUZE4 pour aller plus loin. Et avec plus de liberté. Ou encore, vous lancer directement dans la programmation, pour de vrai.

game-builder-garage-3

… mais les créatifs ne sont jamais loin

Heureusement, il y aura toujours des personnes pour contester les critiques… En proposant des contenus élaborés à partir de presque rien. De nombreux créatifs se sont lancés à corps perdu dans le développement via L’atelier du jeu vidéo. Ils proposent même déjà des copies de certains de vos jeux favoris. On vous en partage quelques-uns pour le plaisir et la nostalgie !

Le bilan du test

Un premier pas dans le développement de jeux vidéo

Bien qu’adressé principalement aux plus jeunes, L’atelier du jeu vidéo plaira à tous les passionnés souhaitant passer de l’autre côté de la barrière sans forcément apprendre la programmation pure et dure. Un bon atout pour un premier pas, permettant la compréhension des bases du développement de jeu.

Les points forts

  • Un apprentissage très pédagogique
  • Une approche visuelle de la programmation simplifiée et correctement expliquée
  • Un humour à toute épreuve
  • Usage fluide et pratique en mode portable
  • Une programmation totalement libre…*

Les points faibles

  • Des leçons parfois trop dirigistes
  • Un partage restreint par l’abonnement Online
  • Impossible d’importer des ressources extérieures
  • Une IA qui n’en est pas une
  • *… dans la limite des Nodons disponibles.
gamosaurus-scroll-to-top-button